Journée de lutte contre les violences faites aux femmes

Le 25 novembre est la Journée internationale de lutte contre les violences faites aux femmes. Tout au long de l'année, la Ville est mobilisée pour favoriser une prise de conscience concernant les violences faites aux femmes ainsi que sur les actions menées ou à mener pour lutter contre ce fléau.

Les violences faites aux femmes touchent tous les milieux, tous les âges et s'exercent aussi bien au sein du foyer que dans la rue ou la sphère professionnelle. Elles prennent toutes les formes : agressions verbales, agressions sexuelles, viols, violences conjugales. Toutes ont de grave conséquences sur la santé et la vie des victimes. Les enfants peuvent, eux aussi, subir des maltraitances.

La Ville et le CCAS sont mobilisés

Le CCAS du Kremlin-Bicêtre vous propose une exposition du 23 novembre au 22 janvier dans différents lieux de la ville, présentant des planches de la BD les crocodiles afin de sensibiliser le grand public, aussi bien les familles que les jeunes adultes.

Thomas Mathieu illustre des témoignages de femmes liés aux problématiques comme le harcèlement de rue, le sexisme ordinaire et les violences sexistes et sexuelles dans les espaces publics et privés. Son travail s’inscrit dans un mouvement plus large de prise de conscience et d’une nouvelle génération de féministes, qui utilisent internet pour réfléchir et informer sur différents concepts.

Dans ses planches, les décors et les personnages féminins sont traités en noir et blanc de manière réaliste tandis que les hommes sont représentés sous la forme de crocodiles verts. Le lecteur ou la lectrice est invité·e à épouser le point de vue de la femme qui témoigne et à questionner le comportement des crocodiles particulièrement quand ils endossent le rôle stéréotypé de dragueurs/prédateurs/dominants.

Retrouvez l'exposition dans 5 lieux différents de la Ville : 

  • du 23 au 27 novembre au Centre Communal d'Action Sociale (CCAS)
  • du 30 novembre au 05 décembre au PIJ
  • du 07 au 12 décembre au centre social Germaine Tillion
  • du 14 au 18 décembre à la mission locale
  • du 21 décembre au 22 janvier à l'hotêl de ville

Vous êtes victime de violence ?

En cette période de confinement, la lutte contre les violences conjugales et les violences intra-familiales est plus que jamais une priorité. Vous êtes témoin ou victime de violences conjugales ou familiales ? Des numéros d'urgence peuvent vous aider.

Si vous avez besoin d'aide

En cas d'urgence

  • Composez le 17 ou envoyez un SMS au 114 pour contacter Police Secours 24h/24 et 7j/7
  • Si vous devez fuir votre domicile en urgence, pour une demande de mise à l’abri, composez le 115.

Les contacts utiles au Kremlin-Bicêtre

  • Contactez le service Tranquillité Urbaine STU (Police Municipale)
    3/5, rue Danton
    Tél. : 01 53 14 17 66
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h15 à 12h45 et de 14h à 17h30 et le dernier samedi de chaque mois de 9h à 12h
  • Centre Communal d'Action Sociale (CCAS)
    40 avenue Charles GIDE
    Tél. : 01 45 15 55 20
    Ouvert du lundi au vendredi de 9h00 à 12h30 et de 13h30 à 17h45 (par téléphone les après-midi)
    Fermé le mardi après-midi
  • Centre de Planification et de l’Education Familiale  (CPEF)
    24 rue du 14 juillet
    Tél. 01 49 58 43 15
  • Centre d’Information sur les droits des Femmes et des Familles (CIDFF) Permanence de proximité du CIDFF au STU
    3/5, rue Danton
    Tél. : 01 53 14 17 66
    Mercredi de 9h à 12h (sans rendez-vous) et de 13h30 à 17h (sur rendez-vous)
    Accès aux droits
    Aides aux victimes
  • Commissariat de Police (Police Nationale)
    167 Rue Gabriel Péri, 94270 Le Kremlin-Bicêtre
    Tél : 17

Les dispositifs du Val-de-Marne

  • Dans le Val-de-Marne, tous les dispositifs d'accompagnement des femmes victimes de violences se sont adaptés et fonctionnent pendant la période de confinement. Le dépôt de plainte est possible dans tous les commissariats du Val-de-Marne. 
  • Tremplin 94 - SOS Femmes au 01.49.77.10.34
  • Le dispositif "Téléphone Grave Danger - TGD" mis en place par le parquet de Créteil et la remise d'un téléphone restent opérationnels. C'est un système de protection qui garantit une intervention rapide de la police en cas de faits de violence. 

Accompagnement juridique dans le Val-de-Marne

En cette période de restriction de contact, toutes les permanences juridiques et psychologiques sont fermées. Le CIDFF 94 reste donc joignable par téléphone jusqu'à nouvel ordre.
Pour toutes questions juridiques, nous vous invitons à appeler aux heures d’ouverture administrative le 06 28 13 92 86 ou le 07 85 24 31 27 ou adresser un mail au victimes.cidff94@gmail.com

Information, écoute, orientation

  • 39 19 : Violences Femmes Info
    Il permet d’assurer une écoute, une information, et en fonction des demandes, une orientation adaptée vers les dispositifs locaux d’accompagnement et de prise en charge.
    Horaires  : du lundi au vendredi de 9 h à 22 h. Les samedis, dimanches et jours fériés de 9h à 18h. Anonyme, gratuit et accessible 7 jours sur 7.
  • La plateforme droitdirect.fr est ouverte pour informer et accompagner les victimes de violences conjugales. Service gratuit, confidentiel et anonyme. La plateforme comporte notamment un chatbot d’orientation rapide vers les professionnels adaptés et actuellement disponibles (gratuit, 24h/24 et 7j/7).

À télécharger : affiche « réagir face aux violences conjugales » détaille tous les moyens à dispositions des victimes pour ne rien laisser passer. 

Si vous êtes témoin

Lorsque que vous êtes témoin d’une agression ou de harcèlements sexistes et sexuels, sachez que certaines actions concrètes peuvent faire la différence. Votre intervention doit dépendre de la dangerosité de la situation.

Comment réagir au moment des faits ?

  • Appelez le 17, en particulier lorsque la situation représente un danger grave et immédiat pour la victime. 
  • Si vous vous sentez en sécurité, intervenez pour faire cesser l’agression ou les actes de harcèlement dont vous êtes témoin.     

Quelle attitude adopter vis-à-vis de la victime ?

  • Ne remettez pas en cause le récit de la victime, ne cherchez pas à atténuer la responsabilité de l’agresseur. Il est important que la victime se sente crue et soutenue.
  • Il est possible que la victime minimise les faits. Il est important de mettre des mots sur ce qu’elle a vécu et lui dire que ce que vous avez vu/entendu est violent.
  • Si l’agresseur ou le harceleur cherche un soutien pour rejeter la culpabilité sur la victime, évitez d’avoir une attitude complaisante envers lui. 
  • Soutenez la victime après les faits : demandez-lui si elle va bien, s’il y a quelque chose que vous pouvez faire pour elle.
  • Respectez la volonté de la victime et ne prenez pas de décision à sa place.
  • Dans le cas où la victime souhaite rapporter les faits à la police ou à la gendarmerie, proposez-lui de témoigner de ce que vous avez vu et entendu.
  • Dans le cas où la victime ne souhaite pas déposer plainte dans l’immédiat, vous pouvez lui laisser vos coordonnées en lui disant qu’elle pourra vous recontacter ultérieurement.

Pour en savoir rendez-vous sur le site arretonslesviolences.gouv.fr  

Violentomètre

Téléchargez le violentomètre : un outil pour mesurer si la relation amoureuse est basée sur le consentement

Santé
Liste des médecins de la ville
Le CHU
PMI et planning familial
Alimentation et nutrition
En cas d'urgence

Le kiosque